Livre d'Or

Déposer un message sur le livre d'or


  • Stephane GoniPosté le 27 Avril 2016 à 08:30
    Où nous embarque Aosten par le regard ? Non pas à bord mais à quai. 0bjectif tourné vers les coques. De quoi estomper l'exotisme en toc. Il cadre les impacts, Les éraflures, les heurts et les frottements. A l'affût des reflets devenus écritures à déchiffrer. Chapeau Champollion du ventre des navires à cargaisons. A ta suite nous voilà réceptifs à de l'intime, Face à ces géants de tôle, Ces colosses rendus immobiles, Pathétiques parfois, poétiques souvent, splendides toujours, A peau humaine. Tu cherches à la surface des sourires, De l'intime qui claque à l’œil. C'est ton chantier cette humaine envergure Des traces, des entrechoquements, des effacements, Toute une matière de blessures auscultées La peau du cargo palpite d'une vie A lire exposée comme ici sur cimaises. Expert en la matière Aosten vit en tête à tête avec ces vagabonds des mers. Comme quoi, par la matière la plus rude qui soit, on peut être ébahi. Merci Aosten.